Un militaire aux mille casquettes

Être président d’une ligue sportive et culturelle n’est pas de tout repos. La preuve avec Gérard Gontard, à la tête d’une organisation qui compte plus de 16 000 membres.

Jeudi 4 mars 2021, Gérard Gontard, 70 ans, est élu président de la Ligue Nouvelle Aquitaine de la Fédération des clubs de la Défense (Ligue NA FCD), lors d’une assemblée générale tenue en visioconférence. Le voilà parti pour un cinquième mandat de 4 ans, « le dernier », précise-t-il ! Cette ligue qui a son siège social à Mérignac, compte 16 500 membres appartenant ou non au ministère des Armées, répartis dans 55 clubs.

 

Premiers engagements

Cela fait plus d’un demi-siècle que le septuagénaire évolue dans les milieux militaires. Il a 15 ans, quand il passe plusieurs concours pour accéder à un centre d’apprentissage. Bon élève, il est reçu dans six écoles. Il choisit l’Armée de l’air et débute sa formation à l’École des apprentis mécaniciens de Saintes, puis à Rochefort, il en sort électronicien radar. Il débute alors une carrière de sous-officier, en 1970, par une première affectation de 8 ans à la Base aérienne de Metz. Il est ensuite muté à la Base aérienne de Mérignac. Il prend sa retraite en 1997, avec le grade de major, le plus haut que peut atteindre un sous-officier.

C’est à Metz que Gérard Gontard découvre le Club sportif et artistique (CSA)1 de la base et qu’il y prend ses premières responsabilités. Bon skieur il encadre les sorties ski.

À son arrivée à la Base de Mérignac, en 1979, il rejoint l’Association sportive et culturelle (ASM) en tant que responsable de la section ski et intègre le Comité directeur du club.

En 1993, il est « aspiré » par le président de la Ligue du Sud-Ouest2 qui apprécie ses compétences d’organisateur de rencontres sportives, pour faire partie de son comité directeur. Il s’occupe alors plus spécialement de la formation des responsables des clubs, puis il devient trésorier-adjoint.

 

Sport et culture

En 2005, il est élu président de la Ligue et va l’être à nouveau quatre fois, la dernière en 2021. Preuve qu’il est apprécié, que son dévouement et ses compétences sont connus et reconnus, aussi bien par les membres du Comité directeur que par les responsables des clubs. Il entretient également des relations de confiance avec le commandement des organismes support des CSA.

Le président a en charge le fonctionnement administratif et financier de la ligue et la formation des responsables de clubs. Il a en outre vocation à organiser de nombreuses confrontations entre les clubs. Qu’elles soient sportives régionales et nationales, elles vont du football au parachutisme, en passant par volley, le ski ou encore le VTT. Dans le domaine artistique, une rencontre culturelle annuelle regroupe des expositions de peinture, sculpture, métiers d’art, photographie. Les artistes primés étant qualifiés pour des expositions nationales.

Pour mener à bien tout ceci, le président est assisté d’un comité directeur de 21 membres, composé de personnels en activité et de retraités. Ils sont bénévoles, tout comme le président. Seuls leurs frais de déplacement, de restauration et de logement sont à la charge de la ligue.

Pour son travail il est assisté par deux secrétaires. Il les rejoint quatre jours par semaine.

 

20 000 km par an

Pour matérialiser l’emploi du temps de Gérard Gontard survolons celui de 2019. L’Assemblée générale qu’il préside a lieu à Saintes le 5 décembre.

L’une des cinq réunions annuelles du Comité directeur qu’il préside également, se tient à Mérignac (33) en juin, deux autres à Ruelle-sur-Touvre (16) en avril et octobre ou encore à Saintes (17) en décembre.

Une rencontre culturelle à Biscarrosse (40) en juin. Le préfet des Landes et les autorités militaires et civiles sont présents pour l’inauguration.

Très difficile de nommer toutes les rencontres sportives auxquelles il assite au cours d’une année et en particulier à la phase finale des championnats pour remettre différentes récompenses. Citons tout de même trois championnats nationaux : le ski à Saint-Lary (65) le 16 mars, le cyclisme à Rochefort le 18 mai et le volley-ball à Saint-Jean d’Illac (33) en juin.

À ces déplacements, s’ajoutent les nombreuses rencontres avec les responsables des clubs répartis sur les 12 départements de la Ligue. C’est ainsi que le président parcourt 20 000 km en voiture par an.

Membre de la Commission finances de la FCD il se rend régulièrement à Paris.

Si l’on cumule ses heures de bureau, le temps des déplacements, bien souvent les weekends, la participation aux réunions et aux rendez-vous divers avec les instances sportives régionales, il consacre environ 2 700 heures par an à ses missions.

Totalement engagé au service des clubs, il souhaite que son nouveau mandat soit le dernier, mais il a bien conscience qu’il sera difficile de trouver une personne aussi disponible que lui. Il pense à un jeune ingénieur qui pourrait être intéressé, mais il occupe un poste important au sein de son établissement. Sera-t-il assez disponible dans 4 ans ? Il faudra sans doute imaginer une répartition des tâches entre plusieurs. Son quatrième mandat n’est peut-être pas, comme il le souhaite, le dernier.

 

1 Certains peuvent s’étonner du volet artistique de ces clubs, c’est ignorer la diversité des talents qui peuvent exister dans le milieu militaire

2 Ligue qui regroupe alors les régions Aquitaine et Midi-Pyrénées. Elle devient de la FCD Ligue Nouvelle Aquitaine en 2017

 

Encadré

Agréée Jeunesse et Sports

 

La Fédération des clubs de la défense

est un acteur pleinement engagé et intégré au sein du mouvement sportif français et dans tous les milieux culturels et artistiques où s’expriment ses 160 000 adhérents, membres de 425 clubs sportifs et artistiques (CSA) répartis en neuf ligues régionales.

Son action pour la communauté de la Défense est étendue à la société civile, dans le cadre du développement du lien Armée-Nation.

En 1959, l’Union fédérale des clubs de la Défense nationale et des forces armées (UFCDNFA) est créée sous la forme d’une association loi 1901. Au fil des années, elle suit l’évolution de la Défense et change plusieurs fois d’appellation.

En 1992, elle obtient l’agrément jeunesse et sports et devient la Fédération des clubs sportifs et artistiques de la Défense (FCSAD).

En 2011, elle adopte une nouvelle identité : la Fédération des clubs de la Défense. Cette étape vise à favoriser davantage les échanges, la mixité et les liens intergénérationnels, tout en mettant en valeur les clubs au centre du dispositif.

Un Club sportif et artistique existe, très généralement, au sein de chaque structure militaire : établissement, régiment, base aérienne. Il peut prendre un nom particulier choisi au moment de sa création.

 

Roger Peuron