La gymnastique s'adapte

Avec le confinement, la gymnastique volontaire féminine de Mérignac a maintenu ses activités grâce à une mobilisation générale.

 

 

 

Octobre 2020, plus de cours en salle, réorganisation, gymnastique à l'extérieur, distances respectées
Octobre 2020, plus de cours en salle, réorganisation, gymnastique à l'extérieur, distances respectées

Malgré la pandémie et grâce à toutes les bonnes volontés, le lien avec les adhérentes a été maintenu pour les faire bouger, danser, en faisant preuve à la fois de convivialité et de créativité.

 

Retour un an en arrière

 Mars 2020, la décision de confinement nous tombe dessus. La présidente de la section GVF du SAM*, Monique Poitreau, et toute l’équipe doivent s’organiser : plus de cours en salle. Les monitrices proposent à leurs élèves de suivre sur YouTube et Facebook, les vidéos déjà existantes et prodiguent leurs conseils : faire des étirements, pratiquer de la gymnastique douce, faire 10 minutes de stretching ou de taïchi, enseigné par Thomas avec Zoom : « L’alliance corps esprit est nécessaire dans ces moments de stress »

 

La débrouille

L’été passé, il faut prévoir la rentrée de septembre. La présidente et Claude Briand, la co-présidente mais aussi secrétaire et comptable, les professeurs, ainsi que de nombreuses bénévoles se réunissent en visioconférence pour voir comment s’organiser, en respectant les consignes de sécurité. Les sports se feront dans les salles en gardant le même nombre d’activités, pour 379 adhérentes, avec neuf professeurs. Le nombre de participantes, à chaque séance, doit être limité à vingt, la durée de 45 minutes.

Il faut prévoir une circulation, celles qui rentrent en cours ne doivent pas rencontrer celles qui en sortent. Ce sont les bénévoles qui font respecter les consignes : ne pas utiliser le vestiaire, venir avec le masque, garder les distances, aérer les salles. Ces contraintes sont acceptées avec bonne humeur, comme toujours. Une centaine de personnes, ayant peur de la contagion, ne se sont pas réinscrites.

En octobre, obligation d’aller à l’extérieur. Nouvelle organisation : l’adresse mail a été enregistrée et sert à avertir des changements de lieu et d’heure. C’est la marche jusqu’au bois voisin, le Parc de la mairie ou les gradins couverts du stade, en cas de pluie. Admirer les fleurs tout en soufflant, utiliser le matériel alentour, un pied sur les murets pour allonger la jambe et s’étirer. Tout le monde approuve, le bain de nature est bénéfique pour la santé. Mais il commence à faire froid, même en remuant, il faut garder la doudoune, les gants et le bonnet. Pas trop de défection.

 

Fiches d’exercices

En novembre plus possible de se réunir, même à l’extérieur ! Motiver les adhérentes, les faire bouger chaque jour, c’est le but à atteindre. Pour y parvenir, chaque semaine des conseils : Martine et Marie-Hélène font parvenir des fiches de relaxation, travail des jambes, travail au sol, exercices assis sur une chaise ou montée des escaliers. Elles se filment en mouvements de coordination, accompagnées par le musicien Ewa Tahinnou. Marie-Line avec Claire, Audray et Betty, monitrices de fitness cardio, Zoum danse et pilates réalisent des vidéos : elles ont réussi à trouver une salle assez grande où elles peuvent se grouper à deux, trois ou quatre pour enchaîner les mouvements de face, de profil. Pour amuser, elles se déguisent en tenue western ou en mère Noël en décembre.

La présidente du SAM GVF annonce dès le cinq février « la sortie marche dans la nature, une possibilité de sport santé à user sans modération. » Marche nordique, en groupe de seulement six personnes, dont la monitrice, pour 35 adhérentes, on fait encore appel aux bénévoles pour les encadrer.

Prochaine étape ? Toutes espèrent se retrouver, bientôt, en forme et dans la joie.

 

*SAM; sport athlétique mérignacais

 

 

 

Pierrette Guillot