Des vies à reconstruire

Une association bordelaise aide, depuis plusieurs années, les mineurs non accompagnés à se bâtir un avenir en France

 

Des miliers de mineurs, fuyant la misère et les guerres, entreprennent seuls un long et dangereux périple qui les mène en Europels un long et dangereux
Des miliers de mineurs, fuyant la misère et les guerres, entreprennent seuls un long et dangereux périple qui les mène en Europels un long et dangereux

Ils sont jeunes, isolés, d’origine étrangère et trop souvent associés, à tort, au développement de la délinquance. Ils sont arrivés en France après avoir fui la pauvreté ou les conflits de leur pays, au terme d’un périple de tous les dangers qui les marquera pour toujours. Nombre d’entre eux sont mineurs et se battent pour un futur meilleur. Le dispositif R'd’Accueil, intégré pleinement à l’association bordelaise Rénovation, accueille ces mineurs non accompagnés (MNA) et tente de leur redonner goût à la vie grâce à un soutien rigoureux.

 

Parcours traumatiques

R'd’Accueil aide des jeunes qui ont entre 14 et 21 ans, arrivés en France avec un réseau de passeurs. Ils sont majoritairement originaires de l’Afrique subsaharienne mais également d’Afghanistan, du Bangladesh et du Maghreb. Outre leur jeune âge et l’absence de famille, leurs parcours, liés à la migration, sont le plus souvent traumatiques. Une fois sur le territoire national, ils se retrouvent en situation irrégulière jusqu’à ce que leur minorité, pour les concernés, soit reconnue. Ils peuvent alors bénéficier du dispositif de l’aide sociale à l’enfance. Ils sont confiés au Conseil départemental et placés sous sa protection en premier lieu parce qu’ils sont mineurs et isolés, leurs statuts d’étrangers et de réfugiés étant secondaires.

En Gironde, le SAEMNA1 et le Centre départemental de l’enfance et de la famille sont chargés d’évaluer les jeunes qui arrivent sur le territoire national. Ils sont ensuite répartis dans différents départements selon le principe de péréquation nationale. Lors de sa création en novembre 2016, R’d’Accueil recevait 40 jeunes MNA en provenance des camps irréguliers de réfugiés de Calais, tout d’abord dans un but d’aide en urgence puis à visée d’occupation en attendant un relai par d’autres structures. Les actions de l’association se sont élargies et aujourd’hui 88 MNA bénéficient d’une aide à l’intégration par le biais de trois dispositifs. Un accueil d’urgence en foyer pour les primo-arrivants confiés au département de la Gironde. Ce premier accueil d’une durée de trois mois donne le temps nécessaire pour évaluer les besoins des jeunes accueillis. Après cette période d’acclimatation, il est proposé un accompagnement via des appartements institutionnels, en semi-autonomie. Enfin, après environ dix mois de prise en charge, le jeune est conduit vers l’indépendance via des logements en colocation et/ou individuels.

 

Vers la liberté

Selon Rabah Boucif, directeur d’R'd’Accueil et professionnel de la protection de l’enfance : « Ce qui est très important dans ce que nous mettons en place pour ces jeunes, c’est de les amener à s’émanciper des dispositifs, afin de les rendre capables de construire leurs vies sans dépendre des aides de l’État ». Pour ce faire, l’ensemble des dispositifs d’intégration est encadré par une équipe de professionnels pluridisciplinaire, composée d’éducateurs spécialisés, de soignants et d’un professeur de FLE2. Juriste et assistante sociale, chargé d’insertion ainsi qu'un chargé de logement complètent l’équipe d’encadrement. De nombreuses activités socioculturelles sont également mises en place : des ateliers de cuisine, des sorties pédestres et sportives ainsi qu’un accès aux bibliothèques de la ville de Bordeaux. Enfin le festival R’festif réunit chaque année différents acteurs des milieux publics et associatifs et propose différentes activités musicales, artistiques et culturelles. Le sport et la culture sont utilisés au même titre que le logement et l’emploi, comme vecteur d’insertion pour ces jeunes.

R’d’Accueil promeut un modèle d’accompagnement par la pluridisciplinarité des équipes qui a fait ses preuves auprès de ces jeunes mineurs et pourrait s’appliquer efficacement à d’autres dispositifs d’aide sociale à l’enfance.

 

1 SAEMNA : Service d’accueil et d’évaluation pour mineurs non accompagnés

* FLE : Français langue étrangère

 

 

Léa Thomas