Chrétiens et solidaires

Une association paroissiale au service des particuliers pour accomplir des tâches ménagères et sociales.

Christiane Labrousse préside l’association Caudéran-Solidarité. Cette structure est née de la volonté du père Bonnet, curé de la paroisse Saint-Amand, il y a 34 ans. Son but est de permettre aux habitants du quartier de proposer de petits travaux de ménage, jardinage, aide aux mères de famille, aux personnes âgées, à des demandeurs d’emploi à temps partiel ou complet.

 

 

Le sens du service

Pour Christiane Labrousse, l’engagement est intimement lié à sa foi chrétienne. Pour le définir, elle cite et revendique l’Évangile selon Saint-Mathieu (chapitre 25-35) : «[…] j’avais faim et vous m’avez donné à manger ; j’avais soif et vous m’avez donné à boire ; j’étais un étranger et vous m’avez accueilli ; j’étais nu et vous m’avez habillé ; j’étais malade et vous m’avez visité ; j’étais en prison et vous êtes venu jusqu’à moi [...].»

C’est tout son parcours de vie qui est résumé dans ce texte. Des camps de jeunes aux mouvements de Jeunesse indépendante chrétienne féminine (JICF) puis à l'Action catholique des milieux indépendants (ACI), elle a toujours voulu passer de la parole aux actes. Elle doit à ses parents cette culture du service et, dit-elle « on le doit à ceux qui nous ont précédés. » C’est aussi pourquoi elle deviendra infirmière et effectuera sa carrière au CHU de Bordeaux, notamment en unité pédiatrique.

Ce besoin d’être en relation, à l’écoute des plus précaires, elle l’applique avec cinq autres bénévoles au sein de Caudéran-Solidarité. Madame Labrousse précise : « Ne nous leurrons pas, il est fini le temps où Caudéran était cité comme le Neuilly bordelais. La précarité existe aussi ici et parfois elle conduit à la pauvreté. Des structures comme notre association sont nécessaires pour apporter une aide, parfois infime, mais au combien importante pour les personnes dans le besoin. » Sur une population de près de 40 000 habitants, le seuil de pauvreté touche environ 7 000 personnes.

 

Accueil et écoute

L’association accueille à la fois les demandes et les offres d’emploi. Elle aide les particuliers pour trouver la personne susceptible d’effectuer les tâches proposées. Elle conseille aussi les demandeurs d’emploi qui recherchent un employeur. Les rémunérations sont réglées par le CESU (Chèque emploi service universel). Caudéran-Solidarité assure le lien entre employeur et salarié. Il n’y a pas de mandat de durée, pas de pérennité.

L’exemple type concerne des heures de ménage, d’entretien de jardin, d’aide aux personnes âgées. Des jeunes acceptent de s’engager dans cette démarche mais pour un temps donné.

Depuis trois ans, un nouveau lieu d’accueil et d’écoute est proposé : La Pause, en partenariat avec la Société Saint-Vincent-de-Paul, le CCFD1 et le Secours Catholique. Des personnes seules, isolées qui ont besoin de se confier, de se poser, de parler de leurs soucis peuvent rencontrer des bénévoles pour échanger sur leurs problèmes. Certes, en cette période de pandémie, il y a peu de rencontres en présentiel et les contacts s’effectuent en majorité par téléphone.

Si l’association est paroissiale, toute personne, quelle que soit son origine ou sa religion, peut bénéficier de ses services.

« Ce qui doit nous engager à faire le bien, c'est qu'on ne peut jamais se repentir de l'avoir fait  »2 résume assez bien le travail accompli ici.

 

 

 

Caudéran-Solidarité

173, avenue Louis-Barthou

33200-Bordeaux

Tél. :06-32-00-94-72

 

Lundi de 17 h à 18 h

Mercredi et vendredi de 15 h à 16 h 30

 

La Pause

Mardi de 14 h à 16 h

Vendredi de 10 h à 12 h

 

1Comité catholique contre la faim et pour le développement

.2David Augustin de Brueys (1641-1723) -Théologien : Les amusements de la raison (1721)

 

Jean-Pierre Ducournau

 

 

Eglise Saint-Amand à Caudéran
Eglise Saint-Amand à Caudéran