Un jour en blanc

Les modes passent mais la robe de la future épouse reste au centre de la noce. Quel meilleur endroit pour la choisir qu’un salon de futurs mariés !

Défilé au salon du mariage, à Bordeaux (photo de D.Sherwin-White)
Défilé au salon du mariage, à Bordeaux (photo de D.Sherwin-White)

Un mariage réussi, ce n’est pas qu’une simple cérémonie. Le salon des futurs mariés, qui s’est tenu les 24 et 25 octobre dernier à Bordeaux, comme chaque année, est donc l’endroit idéal pour préparer cette journée inoubliable. Il réunit organisateurs évènementiels, photographes, D.J., traiteurs, bijoutiers, décorateurs, imprimeurs pour les faire-part, fleuristes, loueurs de matériel et de lieux de réception prestigieux. Et pour la future mariée, c‘est l’opportunité de découvrir, parmi les propositions des différents créateurs, la robe idéale.

 

Bustiers et dos dénudés

Nous voici au cœur du salon. Pour présenter les dernières tendances des robes de mariée, trois défilés de mannequins professionnels sont prévus au cours de chaque journée. Les spectateurs sont assis en demi-cercle autour d’un podium central sur fond de vidéo festive. Les premiers mannequins apparaissent sous les applaudissements. Avec leur démarche si particulière, leur déhanchement, leur volte-face, elles savent d’un geste, déplier les étoffes, les faire virevolter pour mettre en valeur les créations et faire rêver les futures mariées.

C.Mariage, tout d’abord, présente une robe dont la jupe en satin comporte de larges plis avec une longue traine et un bustier tout en brillance, à décolleté avantageux, une autre plus simple en tulle et dentelle fine, à manches longues et une troisième, de forme sirène.

Mary Mariées joue sur le volume et la légèreté pour cette robe de forme princesse comportant un bustier dont la dentelle poursuit sa course en vagues légères sur la jupe, ou cette autre en satin dont le décolleté arrondi est prolongé par un drapé tombant très joliment sur les avant-bras pour courir jusque dans le dos. Une ceinture à passants brillants la complète, ou encore une robe sirène en tissu fluide, corsage manche longues, profond décolleté.

 

Dentelles et fleurs brodées

Peut-être auriez-vous aimé celle de La Soierie-Chantal Olivier : jupe droite, corsage élégamment noué sur le devant, carré profond dans le dos, manches ballons ou encore cette autre entièrement plissée soleil dont le haut se noue derrière le cou, laissant ainsi le dos complètement dénudé.

Églantine, pour sa part, nous propose une robe de mariée aérienne dans les tons orangés toute en volants superposés, bustier à fines bretelles. Lola créateur nous démontre que l’intemporelle dentelle anglaise peut être une réussite en alliant, pour la jupe, une coupe asymétrique.

Quant à Anne Laure Neves, elle réinvente la jupe culotte à longueur mi mollet, agrémentée d’un haut court en dentelle, ou joue avec la transparence avec un tissu rebrodé de fleurs et un haut laissant apparaître le dos sillonné par de fins galons croisés.

 

Gageons que les nombreuses jeunes femmes venues lors de ce salon automnal auront pu trouver la tenue idéale et les renseignements nécessaires à l’organisation de cette journée de fête. Le mariage c’est la robe, oui, mais c’est aussi la volonté de créer à deux un jour unique.

Photo prise par D.Sherwin-White
Photo prise par D.Sherwin-White

Lola Créateur : C’est après vingt ans d’expérience au sein d’une maison de textile que Joseph Tony et Lydia Allard créent la marque. Venus tout droit des Antilles, ils se sont installés à Bordeaux depuis peu. Leurs créations originales toute en dentelle anglaise, intemporelle, de fabrication française, font entrer la couleur sur les robes de mariée. « Nous offrons également la possibilité d’assortir le petit gilet du futur marié à la robe de son épouse et nous confectionnons pochettes et nœuds papillon ». Autre particularité : le service à domicile. Ils viennent chez vous avec leur collection, vous choisissez, ils confectionnent et reviennent faire les essayages.

 

C. Mariage témoigne : « La crise de la Covid ne nous a pas impactés car nous avons su rebondir en changeant de fournisseur. Nous travaillons maintenant avec des créateurs de la Communauté Européenne : Italie Espagne, Pays bas. Ainsi les délais de livraison ont pu être respectés. Cet hiver, la mode donne dans les paillettes, les sequins, les robes vintage. »

 

Mary Maries souligne être la seule à présenter à Bordeaux la marque Pronovias, basée en Catalogne. « Malgré la crise, cela fonctionne. Nous avons un partenariat avec des coiffeurs, maquilleurs, fleuristes et puis le bouche à oreille marche bien. On travaille actuellement pour des projets prévus en 2022 avec livraison en mars. Bien que la tendance soit aux paillettes, même pour le maquillage sur les paupières, une constante dans le choix des matières reste le crêpe recherché pour sa fluidité et son tombant naturel ».

Propos de créateurs recueillis par Jeanine Duguet