Sortir du carcan machiste

Point de vue de la philosophe Julia de Funès sur l’adoption du pantalon par la plupart des femmes et sur l’actualité

Julia de Funès (photo Elle)
Julia de Funès (photo Elle)

La rencontre de Julia de Funès, le 30 octobre 2020, lors de ses conférences sur les thèmes qui interpellent aujourd’hui les Français. De quoi a-t-on peur dans la vie ? Comment analyser la période Covid 19 ? Qu’est-ce qu’une vie réussie ? A été l’occasion de l’interroger sur la mode vestimentaire des femmes et sur quelques sujets brûlants d’actualité.

 

L’Observatoire : Quel regard portez-vous sur le phénomène d’abandon de la robe et le port de vêtements non genrés en tant que philosophe ?

Julia de Funès : Il ne doit pas y avoir de différences entre toutes les communautés qui sont valorisées de la même façon et, en même temps, chaque individu recherche la différenciation. Or, la mode recherche moins de différenciation entre les genres. Avec le mouvement de libération des femmes, celles-ci se sont émancipées des hommes et en ont retiré plein d’aspects positifs. Elles sont sorties d’un carcan « machiste », tout en revendiquant une mode vestimentaire masculinisée. Autre paradoxe, à contre-courant de la recherche d’une mode confortable, la femme-objet demeure. Il s’agit « d’une réification (1) objective de la mode, avec la réapparition de vêtements sophistiqués, tels que les robes de soirée et leurs accessoires : escarpins, dessous chics jusqu’à remettre des corsets.

La femme-objet, portant des vêtements inconfortables et contraignants, se trouve en contradiction totale avec l’idée féministe. 

— En tant que femme ?

— Plus je prends de l’âge, moins je corresponds à l’image que la société souhaite avoir de moi. J’enlève des couches de contraintes pour gagner en authenticité et moins dépendre de la société. Je m’habille pour moi et non plus pour les autres. Sans être négligée, je me décomplexe et je fais en sorte d’être moins attendue par les autres. Dans le jeu de rôle, les femmes sohaitent porter une mode facile, élégante et simple et, seulement dans certaines circonstances, des robes de femme-objet 

— En tant que mère ?

— Jeune fille, j‘ai reçu une éducation normée. En tant que mère de famille, pour mes filles encore très jeunes, je fais en sorte qu’elles soient plus libres et qu’elles aient le moins de contraintes possibles. Néanmoins, je veille à ce qu’elles ne portent pas de vêtements dépravés ou négligés, avec une forme adaptée, mais libérée. 

— Au 1er jour du 2e confinement en France, quel est votre point de vue sur la crise sanitaire ?

— Mes compétences ne me permettent pas de porter un jugement critique sur les décisions prises dans les domaines politique, économique, social ou de la santé. Néanmoins, la situation de crise actuelle due à la Covid me fait craindre que la dérive sanitaire ne devienne la finalité ultime des gouvernants, c’est-à-dire une politique qui confonde l’aspect sécuritaire légitime et un hygiénisme excessif qui bride toute décision. Le risque est que certaines décisions paraissent incohérentes et incompréhensibles pour la population. L’espoir est que ce soit temporaire. 

Au sujet des derniers attentats islamistes en France, quelle est votre analyse de la situation ?

— Nous voyons là les effets d’une politique islamo-gauchiste trop laxiste, au nom de l’humanisme ; nous payons les défauts du respect de nos valeurs républicaines, mises à mal par ceux qui ne les respectent pas et en jouent contre notre société laïque. Il existe de fortes connivences sous prétexte de solidarité. Trop longtemps nous avons eu peur des mots. Il est temps de réagir. Le système de droit français est bloquant, il doit être adapté pour prendre des décisions efficientes et efficaces. 

1 La réification consiste à considérer une idée abstraite comme une chose concrète.

Docteur en philosophie et diplômée en ressources humaines, Julia de Funès a travaillé en entreprise puis créé sa propre structure Prophil Conseil. Elle intervient comme consultante auprès de nombreuses entreprises comme HSBC, Thalès, ADF, Adidas, AXA, Intercontinental, Canal+, Axa, Orange..

Forte de son expérience, elle a créé et présenté le programme quotidien Le bonheur selon Julia en 2012 (40 épisodes diffusés sur France 5) et animé une chronique philo sur BFM business, durant deux années, dans le cadre de l’émission Club Media RH. Elle a également publié plusieurs ouvrages : Coup de philo sur les idées reçues (Lafon, 2010), Sorate au pays des process (Flammarion, 2017), La comédie in(humaine) coécrit avec N. Bouzou (éditions de L’observatoire, 2018) 

Éric Dabé