La folie vintage

Quoi de neuf dans le rétro ? Pour le savoir, L'Observatoire s'est rendu au 1er Salon du vintage de Bordeaux, les 5 et 6 novembre.

Inventaire à la Prévert ( C. Bonnetaud)

Dans le Bordelais, vintage, mot anglais issu du français vendange, évoque plutôt le grand cru, le millésime exceptionnel comme pour le porto d'ailleurs – mais pas de vin au Hangar 14 où le Parisien Laurent Journo a délocalisé pour la première fois son Salon du vintage.

 

Alors, c'est quoi, le vintage ?

Tout et n'importe quoi, serait-on tenté de répondre en parcourant les allées de ce grand bazar rétro. Cependant, pour s'exposer sur les stands, les objets proposés doivent afficher un âge respectable, au moins 30 ans pour les puristes. Exigée aussi, l'authenticité, en théorie pas d'imitations made in China mais on trouve quand même des rééditions, c'est plus noble, des déclinaisons, c'est plus moderne, des détournements, c'est plus rigolo. Des objets du quotidien y côtoient des accessoires de luxe, des vélos sommaires flirtent avec des berlines rutilantes et des meubles au design scandinave regardent de haut des chaises en formica. C'est le reflet des seventies et des eighties, toute une époque plus optimiste et plus joyeuse qui alimente la nostalgie des nombreux badauds ou chalands à la recherche d'un souvenir d'enfance ou d'une pièce rare à collectionner.

 

Inventaire à la Prévert

Pas d'espaces dédiés, que des surprises, des découvertes, des voisinages improbables. Bien sûr, on est d'abord ébloui par les véhicules : les couleurs vives ou pastel, les chromes étincelants, les carrosseries impeccables magnifient aussi bien les 2CV, 4CV, 4L que les berlines effilées rappelant les films de Belmondo. Combien d'heures de restauration autour de ces bijoux ? Des associations d'artisans et de passionnés proposent leurs services : réparation, fabrication de pièces, préparation pour les rallyes historiques. On peut même louer un vieux combi VW pour des vacances peace and love ou s'offrir une vénérable moto Terrot, ou un Solex... On peut aussi préférer la « guêpe mobile » au look de Vespa mais avec un moteur électrique !

Nostalgique de l'Île aux enfants ? Des dizaines de Casimir vous appellent et des Rubix's cube, et des Lego et des Play mobil... D'ailleurs, le jeune créateur de Récréation les utilise pour customiser ceintures, bagues, boutons de manchettes... Plutôt amateur de flipper, baby- foot ou juke-box ? Des modèles rares et extravagants n'attendent que de revivre. À côté, étrangement silencieux, s'étend l'immense stand Diabolo Menthe où des milliers de disques vinyle sont patiemment inventoriés par des collectionneurs affûtés. Pour écouter ces galettes, ils pourront s'offrir chez HiFi Bordeaux, la platine au look ancien associé à la technologie la plus moderne.

Certains sont venus chiner l'objet mythique ou cocasse qui donnera un air décalé à leur cuisine hi-tech : carafe Ricard, plaque émaillée Banania ou moule à gaufres. Plus spéculateurs peut-être, des bobos s'extasient devant du teck, du formica ou du mobilier industriel dans son jus. Quelques pièces signées retiennent leur attention, comme cette chaise-longue de Pascal Mourgue à 1 200 €. Moins cher et plus évocateur, un fauteuil Emmanuelle trouvera sans doute preneur.

 

Se relooker vintage

S'inventer une allure, s'afficher d'une autre époque, ici, tout est possible. À l'entrée, c'est dans une fourgonnette turquoise La boutique ambulante que s'engouffrent toutes les filles pour essayer bustiers , jupes moulantes ou robes à volants aux couleurs vives qui les transporteront dans les années 1950 ou 1960. Ailleurs, les portants croulent sous les cuirs et les fourrures voisinant avec des bottes fatiguées et des escarpins ayant connu des soirs meilleurs. La chemise de bûcheron se porte bien, elle, beaucoup trop neuve pour venir des forêts canadiennes. Les jeans, eux, sont trop usés pour ne pas être récents. En revanche, la forme et la taille de leur col trahit l'âge mûr des chemises blanches. Ici et là, la chance permet parfois de dénicher pour 60 € une veste Yves Saint-Laurent, un manteau de vison (1 200 € quand même) ou un fourreau noir à 30 € pour un réveillon chic et pas cher. ElsaPopVintage, vêtements et accessoires de mode XXe siècle, parle de la diversité de sa clientèle, de tous âges et tous milieux, attirée par la pièce unique et décalée qui singularisera une tenue de ville ou de soirée. « Attention, conseille-t-elle, pas de total look, sinon c'est le déguisement et vous passez du stylé au tout faux ! »

Incongru au milieu des déballages, émerge un stand aux vitrines cadenassées : dans chaque case, un sac à main daté et siglé Hermès, Chanel, Vuitton...à plus de 10 000 € souvent. La vendeuse, venue d'Irlande, cherche autant à vendre ses précieux réticules qu'à se réapprovisionner, comme en témoigne sa carte : Brand Connection Vintage Luxury Hunters. Authentique ! À défaut de sac, pourquoi ne pas s'offrir une montre vintage ? Jackontime en propose de plus ou moins prestigieuses, révisées et garanties.

Vous voilà donc, madame, vintage de pied en cap, mais pour que la coiffure et le teint soient raccord, rendez-vous à l'atelier de relooking Atomic Glitter où il y a foule pour se métamorphoser en pin-up. Il faut immortaliser cet avatar, mais, pitié ! Pas de selfie anachronique, courez chez Team image pour un portrait vintage, en noir et blanc, que l'on vous promet dans le style du Studio Harcourt grâce à un éclairage particulier.

Voilà, c'est très réussi, vous ne vous reconnaissez pas du tout !

 

Snobisme ou art de vivre ?

C'est un tsunami, le vintage est partout, aucun domaine de consommation n'échappe à ce phénomène d'abord associé au luxe pour finir au supermarché. En témoigne le succès des expositions consacrées aux grands couturiers et joailliers mais aussi celui de Mad Men, de The Artist, des chanteuses Adèle et Lana del Rey, de la tournée Âge tendre et tête de bois, sans compter celui des astuces de grand-mère, des saveurs d'antan et des légumes oubliés !

 

Pourquoi cet engouement ?

Avec son goût de paradis perdu, ce passé fantasmé est perçu comme valeur-refuge dans un monde violent et déstabilisant. Il représente la rassurance du permanent dans une société de l'éphémère en même temps qu'il construit un pont entre les générations : les seniors revivent leur jeunesse (Je me souviens de Georges. Pérec) et les plus jeunes donnent du sens à leur présent et leur futur. Les nostal'geeks concrétisent ainsi leurs aspirations et leurs convictions. Ils retrouvent des repères et des valeurs, ils se démarquent des diktats de la mode, ils consomment mieux et moins cher tout en ayant bonne conscience : « J'achète vintage et je protège ma planète » Et s'ils oubliaient d'aller de l'avant, d'être créatifs et novateurs.

Vintage, récup', recyclage ? Ce jour-là, au Hangar 14, il n'y avait pas de tribune politique mais elle n'aurait pas été déplacée.

 

Claudine Bonnetaud